HANGMAN’S CHAIR « Banlieue Triste » (MusicFearSatan / Spinefarm 2018)

Lord PierroWritten by Chroniques

La reedition récente du nouvel album d’HANGMAN’S CHAIR chez Spinefarm nous permet de revenir sur ce cinquième album en tout juste une décennie des Parisiens.

Habitué à des changements radicaux d’un album à l’autre, passant d’un style agressif et direct à quelques chose de plus éthéré et lent, j’ai été déçu lors des premières écoutes de « Banlieue Triste ». Sa sortie à la fin de l’hiver ne se prêtait peut-être pas à son écoute ou à ce que j’en attendais, d’autant plus que la musique d’Hangman’s Chair n’est pas du genre à s’écouter en bagnole ou lors d’un apéro festif.

HANGMAN’S CHAIR ne fait pas dans l’amusement, mais dépeint son environnement, et le notre : morne, gris, monotone, pesant. C’est le quotidien d’une population d’esclaves modernes, quittant leur banlieue ou quartiers de « classes moyennes » pour aller se faire exploiter à longueur de journée, afin de pouvoir nourrir leur famille, se payer des gadgets dont ils n’ont pas la moindre utilité et que la manipulation des masses pousse à acheter, se plonger dans l’abrutissement alcoolisé ou médicamenteux afin d’oublier… Une vie de merde que seule la mort viendra interrompre. Ce servage du 21è siècle, le groupele dépeint au travers de sonorités aussi pesantes et plombées qu’un jour d’enterrement au cœur d’un hiver sibérien.

Succédant à des pairs gothico-dépressifs que les moins de trente ans n’ont pas connu, remettant au goût du jour des ambiances rarement entendues depuis la cold wave, HANGMAN’S CHAIR offre la quintessence de sa musique, à base d’atmosphères glaciales et emplies de désespoir. Mais si le constat et les paroles sont sans appel quant à la noirceur dans laquelle nous vivons, « Banlieue Triste » pose des mots et des sons sur des sentiments enfouis, permettant à nos esprits serviles de se libérer et d’envisager l’Espoir – un monde meilleur dans lequel nous ne serions pas de la chair à canons mais des bombes humaines prêtes à exploser pour renverser l’ordre établi et s’emparer de notre avenir pour, enfin, vivre et s’accomplir. Ainsi, tel un processus cathartique, Hangman’s Chair nous guide sur le chemin d’un autre monde, celui qui est à construire. Mais avant cela, il faudra se battre et verser du sang.

Avec « Banlieue Triste », les Parisiens se posent en groupe incontournable de ces dernières années et démontrent avec talent que noirceur et futur brillant peuvent être indissociables. Arrivé à maturation, cet album est sans conteste le plus abouti de leur discographie et fera date.

ARTISTE : HANGMAN’S CHAIR
ALBUM : “Banlieue Triste”
DATE DE SORTIE : 9 mars 2018
LABEL : MuiscFearSatan / Spinefarm Records
GENRE : Doom
MORE : Facebook / Bandcamp

Last modified: octobre 5, 2018

Laisser un commentaire