Décembre 2017. Le gris plombé et le froid humide du temps me plongent dans une lét..." /> WEEDPECKER “III” (Stickman Records) – The Heavy Chronicles


Chroniques

Published on January 6th, 2018 | by Yannick K.

0

WEEDPECKER “III” (Stickman Records)

Décembre 2017. Le gris plombé et le froid humide du temps me plongent dans une léthargie dont même les fêtes avec tous leurs excès ne sauraient m’extirper.  De mon salon, je tente vainement de capter le peu de soleil s’hasardant à déchirer les nuages… Et c’est là que le hasard fait bien les choses. Balayant les nouveautés à chroniquer fournies par notre rédac chef, je suis intrigué par cette pochette chamarrée et allégorique de ce WEEDPECKER troisième du nom. Bien m’en a pris car j’avais trouvé sans le vouloir, l’antidote à la grisaille et à ma torpeur.

Dès les premiers instants de « Molecule », une féérie onirique de notes virevoltantes, d’harmonies vocales gorgées de mystère et de douceur me replonge dans le psychédélisme créatif naissant, période 1967-1969. Nos quatre Polonais, en fins bâtisseurs, érigent en cinq jams de lumineuses et colorées cathédrales mélodiques aussi belles que complexes. Si les mélodies solaires sont une ode à l’astre divin, les envolées passionnées des bretteurs servent à d’épiques décollages sur tapis persan.

Assurément, les riffs lourds et progressifs ou les basses frénétiques – méthode Hawkwind – épaulent les ambiances aériennes pour hisser ces cinq splendeurs au firmament. Et moi avec.

Mais la trajectoire n’est en rien rectiligne. Le jeu des Polonais, imprévisible et organique, finit de faire perdre pied à l’auditeur pour le transporter dans un monde parallèle voluptueux, reposant et fastueux. On imagine un Moebius sonore…

Les ingénieuses trouvailles de leur jeu permettent au groupe de ne pas rester coincé dans l’acide anesthésiant, ni à sacrifier le voyage à une exigence musicale complètement abstraite. Et la production apporte une touche de modernisme suggérant une filiation naturelle ultra référencée mais sans jamais tomber dans le plagiat. Ici tout est ciselé à l’or fin jusque dans le moindre détail. En tout point une réussite.

On pourrait presque regretter le peu de titres de ce troisième long format. Mais comme il est hautement addictif, il suffira de se replonger dans le kaléidoscope Weedpecker pour y percevoir les combinaisons presque infinies que procure leur musique. A vous d’y trouver la meilleure façon de commencer 2018 et de passer l’hiver.

ARTISTE : WEEDPECKER
ALBUM : “III”
DATE DE SORTIE : 5 janvier 2018
LABEL : Stickman Records
GENRE : Heavy psyché
MORE: Facebook / Bandcamp

 

Tags: , , , ,


About the Author

Yannick K.

Fait le grand écart entre kung fu old school et le rock sous toutes ses formes. Pense que Dieu serait tellement plus crédible (et badass) si c'était Iggy en disciple shaolin maniant aussi bien le nunchaku que la six cordes. En attendant il prêche pour THC.



Leave a Reply

Back to Top ↑