Quelques mois à peine après nous avoir offert l’un des albums l..." /> GEEZER “Psychoriffadelia” (Kozmik Artifactz/STB Records 2017) – The Heavy Chronicles


Chroniques

Published on June 1st, 2017 | by Lord Pierro

0

GEEZER “Psychoriffadelia” (Kozmik Artifactz/STB Records 2017)

Quelques mois à peine après nous avoir offert l’un des albums les plus marquant de 2016, le bien nommé Geezer, qui nous avait habillé de groove et de riff planants pour tout l’hiver, le trio de Kingston GEEZER revient déjà avec la collection printemps de sa gamme de riffs.

 

Le temps écoulé entre la finalisation du précédent album et sa sortie ayant un peu traîné, Geezer n’a pas attendu pour se remettre à enregistrer et a donc décidé de partager ces jams. Honnêtement, les premières écoutes m’ont dérouté, ayant adoré Geezer et souhaitant au fond de moi profiter d’une suite sans changement.

Pourtant Psychoriffadelia démarre sur “Hair of the dog”, morceau court et direct qui fait le lien avec l’album précédent, avec ce rythme entraînant, bien gras, sur lequel vient se poser la voix caractéristique de Pat Harrington. Puis le tempo ralentit quelque peu avec “Stressknots”, qui cale des montagnes russes d’énergie sur un fond qui donne envie de se poser et d’attendre la suite.

Et pour la suite, prenez vos aises, installez-vous tranquillement dans une chilienne, vissez vos lunettes de soleil sur vos yeux, montez le son et allumez une tisane. Ça y est, vous y êtes ? Comment ça, “où” ?! En plein désert de Californie, bon sang ! Vous êtes emportés par le bien nommé “Psychoriffadelia” et ses riffs psychés qui vous portent sous le soleil brûlant des terres de Brant Bjork and co. Un morceau de dix minutes quasi instrumental dont la répétition des riffs et leur montée en force vous propulsent si haut, que vous n’allez plus atterrir et rester en apesanteur jusqu’à la fin de l’album.

Le bluesy “Red Hook” poursuit sereinement le voyage,Harrington refaisant son apparition, discrètement mais si délicatement que l’on se laisse bercer, ou plutôt ensorceler. La transition vers “Dirty Penny” se fait naturellement et on retrouve sur ce dernier morceau l’énergie du Geezer qui dépote, mêlée à des ambiances cosmiques que le groupe prolonge pour nous maintenir dans le trip initié par “Psychoriffadelia”. Et quand au beau milieu du morceau le riff s’évapore, c’est pour mieux repartir sur les chapeaux de roues, accélérant le groove, à la Clutch, et étirant cette jam jusqu’à la tombée de la nuit.

Psychoriffadelia est la mise en bouche parfaite du printemps, l’album qui sent le soleil, et, si on se met dans de bonnes conditions, est en fait un excellent album qui s’écoute avec plaisir.

ARTISTE : GEEZER
ALBUM: “Psychoriffadelia”
RELEASED: 9 juin 2017
LABEL: Kozmik Artifactz/STB Records
GENRE : Stoner rock
MORE : Facebook / Bandcamp 

 


About the Author

Lord Pierro

Tombé dans le stoner il y a 20 ans, j’essaie de partager mes coups de cœurs musicaux, aussi bien sur album qu’en concert. Mot d’ordre : spread the fuzz ! Avec une bonne bière, bien sûr !



Leave a Reply

Back to Top ↑