BLACK TUSK « Pillars Of Ash » (Relapse Records 2016)

Written by Chroniques

Premier album depuis cinq ans depuis l’excellent Set the Dial, mais surtout, première galette sans feu Jonathan Athon à la basse, le très attendu Pillars of Ash de BLACK TUSK, power trio de sludge metal originaire de Savannah, ne laisse pas de marbre.

black-tusk-pillars-of-ashARTISTE : Black Tusk
TITRE : « Pillars Of Ash » 
DATE DE SORTIE : Janvier 2016
LABEL : Relapse Records
GENRE : Sludge punk metal
MORE : Facebook / Website / Bandcamp

Tout d’abord, force est de constater – mais est-ce vraiment un scoop ? – que BLACK TUSK ne fait pas vraiment dans la délicatesse : plus hardcore que jamais, efficace à souhait, tout en gardant le gras et le sale d’un bon album de stoner… Bref, c’est du sludge, du vrai, qui déménage.

Dès le premier morceau « God on Vacation », le ton est donné : des riffs rapides, une batterie énergique et puissante, on va se régaler. S’en suivent des petites perles, comme « Black Tide », « Beyond the Divide » ou « Born of Strife ». Au fur et à mesure que l’on avance dans cet album, on y découvre plus de complexité, comme avec « Still Not Well » et « Walk Among the Sky » : changements de rythmes et soli de guitare plus élaborés, ou bien sur « Punkout », sur lequel la basse semble plus activement présente. Et, cerise sur le gâteau, l’album s’achève sur un morceau déroutant : « Leveling ». S’il démarre avec l’énergie et l’agressivité du punk, il se conclut en douceur, comme pour nous frustrer et nous « forcer » (pas besoin de me forcer, je suis volontaire !) à réécouter l’album depuis le début.

Mais, trêve de cirage de pompes, passons aux bémols de ce disque : tout d’abord, les voix, comme toujours chez BLACK TUSK, peuvent fatiguer car monocordes. Ensuite, la durée de l’album, avec onze morceaux dont la plupart n’atteignent pas les trois minutes, ça a un chouilla goût de trop peu.

Dans l’ensemble, cet album est une réussite, car lorsque beaucoup de groupes (à l’instar de leurs potes de Baroness) voient leur son se ramollir à chaque nouveau skeud, les membres de BLACK TUSK gardent leur agressivité et leur énergie, et c’est tout à leur honneur. Pour résumer, Pillars of Ash est une bien belle surprise : classique et efficace et, paradoxalement, surprenant et innovant comme deux faces d’une meme pièce. Je me suis laissé prendre au jeu et bien m’en a pris : à consommer sans moderation, à fond les gamelles !

Last modified: avril 5, 2016

Laisser un commentaire