Ces dix dernières années, rares sont les groupes émergents qui o..." /> ELDER: “On veut faire des choses plus complexes, et se donner à fond”. – The Heavy Chronicles


Interviews

Published on August 1st, 2015 | by Beeho

0

ELDER: “On veut faire des choses plus complexes, et se donner à fond”.

Ces dix dernières années, rares sont les groupes émergents qui ont été autant encensés par la critique que le trio heavy psyché ELDER. Ils n’avaient même pas vingt ans quand Nick DiSalvo, Matt Couto et Jack Donovan ont formé le groupe à New Bedford dans le Massachusetts en 2006, motivés par la seule envie de partager une expérience créative entre potes. Avec trois albums tentaculairement heavy à leur actif, ELDER ont toujours placé la barre très haut en terme de composition, tout en faisant preuve d’une créativité sans limites, laquelle les a rapidement hissés parmi les groupes les plus respectés de la scène heavy rock et psyché. Quand on pensait qu’on ne pourrait pas faire plus épique leur second opus (et déjà classique) “Dead Roots Stirring” en 2011, le groupe nous a soufflés avec leur nouvelle offrande prodigieusement progressive “Lore” (chroniquée ici). Alors quand le trio a été annoncé au Hellfest 2015, j’ai réalisé que j’allais avoir ce groupe si talentueux et créatif à portée de micro, et ne pouvais donc pas rater une telle occasion. Et c’est tout naturellement un groupe heureux et serein que j’ai rencontré quelques heures à peine après leur performance stellaire sur la Valley Stage… (PHOTOS : Gaël Mathieu)

Le show d’aujourd’hui au Hellfest était le tout premier d’une longue tournée européenne, et vous avez joué devant une foule bien compacte pour un set à 11 heures du matin. Comment avez vous vécu cette expérience ? 

Nick Di Salvo (guitare & chant) : C’était un démarrage étrange, parce quand nous avons atterri en France, ma guitare était cassée et c’est la plus grosse date de la tournée, et très probablement la plus grosse que nous ayons jamais joué. D’habitude, on joue devant 1000 ou 2000 personnes, et là, on était devant 7000 personnes… C’était trippant, et génial. On ne connaissait pas vraiment le Hellfest, et l’ambiance est vraiment cool, tout comme les festivaliers.

Jack Donovan (basse) : La programmation est incroyable, j’ai vu Judas Priest et Slipknot hier soir. C’est dingue !

Vous avez déjà joué dans des festivals de cette envergure aux États-Unis ?

Nick : Ce genre de festival doit exister aux States, mais on ne les fréquente pas, et on y joue encore moins. Lfestivals en Europe sont très différents, bien plus sympa je trouve. Le Roadburn se rapprocherait un peu de l’expérience de ce matin, mais c’est encore autre chose, ce n’est pas sur un site délimité mais dans plusieurs salles au coeur de la ville.

Jack : On a joué au SXSW mais c’est pas vraiment un festival, et c’est bien plus étendu, avec une tonne de concerts. C’est aussi plus strict et corporate, alors qu’ici, tu peux vraiment te mélanger.

Nick : On est un petit groupe, on ne joue pas devant un tel monde habituellement.

Matt Couto (batterie) : C’est de loin le plus gros show auquel j’ai été. C’est fou de jouer à 11 heures du matin devant notre plus grosse audience. En plus, en temps normal je ne me lève jamais aussi tôt ! (rires) J’étais sur le cul.

Vous pensez que la sortie de votre nouvel album “Lore” a contribué à attirer tout ce monde à vos concerts ? Vous semblez clairement avoir franchi une nouvelle étape cette année. 

Nick : Je ne m’attendais pas à ce qu’autant de gens apprécient l’album. Je pensais qu’étant donné qu’il est assez différent de ce qu’on a pu faire auparavant, beaucoup de nos fans s’en détourneraient. Il semblerait qu’il soit en quelque sorte plus accessible, ce qui nous permet de faire des tournées plus longues et jouer sur de plus grosses scènes… Tu sais, on fait de la musique parce qu’on aime ça. Alors c’est un bonus si ça plait aux gens.

Elder_Hellfest_interview

“Si tu dois être quelque part, je pense qu’il fait bon de faire partie de la communauté métal.

De mon point de vue, vos fans sont pour la plupart des personnes pointues et réellement passionnées de musique. Des personnes qui aiment rentrer dans le son en profondeur… Des personnes profondes !

Nick : J’aime aussi penser ça ! On a besoin de personnes passionnées et intéressantes parmi nos fans, et j’ai réalisé qu’on avait beaucoup en commun avec tous ces gens lorsqu’on discute avec eux. Ce sont des gens avec des goûts musicaux très vastes, qui ne sont pas là juste pour se bourrer la gueule et headbanguer.

Jack : Je pense qu’on est un groupe pour musiciens, comme Steely Dan ou un truc dans le genre… Les compos sont si élaborées que des gens d’horizons musicaux très différents s’intéressent à notre musique. Mélanger les genres est vraiment quelque chose qui nous plaît.

Nick : Parfois je me dis que je préfèrerais m’éloigner des festivals métal, parce que je ne nous considère pas comme un groupe métal. C’est bien de s’ouvrir. Les métalleux peuvent parfois être très fermés, et en même temps les personnes les plus ouvertes, intéressantes et sympathiques. Si tu dois être quelque part, je pense qu’il fait bon d’appartenir à le communauté métal.

Ça ne vous fait pas bizarre d’être considéré comme un groupe appartenant à la scène stoner, justement ? Parce que les gens vous ont littéralement intégré à cette communauté. 

Jack : Pas vraiment, on a plus ou moins commencé sur cette base.

Nick : Quand on a monté le groupe, on ne s’est jamais dit qu’on jouerait tel ou tel genre de musique, c’est juste trois potes qui jamment, et advienne que pourra. On a commencé avec le stoner rock, puis on a naturellement évolué par la suite.

Jack : Le premier album est plus doomy et stoner, c’est clair. Avec le suivant, tu peux sentir des choses plus légères et psyché, et le nouvel album est carrément progressif, comme une sorte de mixture de tout ça. Quelque chose de cool et nouveau.

Elder_Hellfest_2015_-6

 “On veut se lancer des défis, à chaque nouvel album, on veut être meilleurs, différents. On veut faire des choses complexes et se donner à fond.”

Qu’est ce qui a influencé cette évolution dans votre son ? Est-ce lié à vos histoires personnelles, ou bien ce changement était-il calculée ? 

Nick : Ah ! En tant que compositeur principal, je dirais : prendre de l’âge, écouter du son frais, vivre de nouvelles choses. Tu grandis en tant qu’être, et ça me paraît logique que ta façon de créer évolue avec. Beaucoup de groupes ne changent pas, et ça leur va. Quand on compose, on jette tout morceau qui ne reflèterait pas notre état d’esprit actuel. On veut se lancer des défis, à chaque nouvel album, on veut être meilleurs, différents. On veut faire des choses complexes et se donner à fond. Je veux que chaque album soit plus intéressant et éclectique que le précédent.

C’est un réel défi artistique ! 

Nick : Ça l’est ! Mais on ne fait pas de la musique pour vendre des disques et gagner de l’argent. On fait ça parce qu’on est des mecs créatifs, et que c’est fun pour nous. Et on prend le plus notre pied lorsqu’on est vraiment satisfaits du résultat.

Jack : Je pense qu’on ferait exactement la même chose si on était juste là, à jouer en répèt entre nous. C’est chouette que les gens apprécient, mais c’est surtout pour jouer la musique qu’on aime qu’on fait ça.

Comme vous le disiez, le groupe est en constante évolution depuis ses débuts, et ce troisième album a vraiment mis la barre très haut, les gens l’ont mis sur un tel piédestal qu’ils doivent déjà attendre beaucoup de la suite… 

Nick : Tu sais, on ne va peut-être écouter que du Brian Eno et du krautrock, et pondre un album dans le style…

Jack : Je dirai que le prochain sera bluegrass, c’est vraiment notre came du moment ! Ou bien on va simplement virer Matt du groupe et prendre une boîte à rythmes. (rires)

Nick : On a déjà composé de nouveaux morceaux et oui, à mon sens, si tu écoutes notre discographie dans l’ordre, alors le prochain album suivra ce cheminement et sera sûrement plus complexe. Moins métal, plus mélodique… Qui sait ? On écoute du doom, du stoner, du rock classique et progressif… Quand on écrit un morceau, on fait appel à cette bibliothèque d’idées et on voit ce que ça donne. C’est pour ça que ça donne toujours cette mixture de plein de choses. Les intégrer, faire que tout se tienne esthétiquement, c’est ça le grand défi.

Pour finir, j’aimerais juste que chacun d’entre vous cite l’artiste ou album qui le fait vibrer en ce moment. C’est parti. 

Jack : Witch Cross du Danemark. Bon sang, ce que j’adore le putain de heavy métal danois. J’adore cette esthétique rock 70’s.

Nick : 2015 a été un bon cru en ce qui me concerne, et tout spécialement ce groupe suédois, Anekdoten. Du heavy à base de mellotron, un peu les Elder venus d’un univers parallèle. J’ai l’impression de comprendre leur façon de composer, ils n’ont pas peur d’expérimenter, et ne sont pas vraiment métal. Leur musique est très belle et émouvante. Je n’arrive pas à enlever mes oreilles de leur nouvel album Until All The Ghosts Are Gone.

Matt : Les Polonais Weedpecker. On a fait notre première tournée européenne avec eux, on était tout le temps ensemble. Si tu les écoutes, c’est un groupe qui nous parle vraiment à tous les trois. On est vraiment sur la même longueur d’ondes.

Retrouvez ELDER sur Facebook et Bandcamp

 

Tags: , , , , ,


About the Author

Beeho

Founder and editor of The Heavy Chronicles since 2010. Likes to turn into a complete freak once in the pit. Loud music and beer is my motto.



Leave a Reply

Back to Top ↑