P.O.D “Murdered Love” (Razor & Tie 2012)

Written by Chronique

POD-Murdered-Love-banner

Le retour du groupe de métal fusion le plus cool de la west coast est annoncé : PAYABLE ON DEATH aka P.O.D revient avec un tout nouvel album “Murdered Love”, un tout nouveau label Razor & Tie, et un retour aux sources pour le moins inattendu. “Murdered Love” est bien ghetto et bien véner dans un esprit nu-metal revisité, et compte en prime quelques featurings bien sympas. L’heure de la revanche a sonné, on dirait…

Il y a 4 ans, lorsque P.O.D sortaient “When Angels & Serpents Dance” puis annoncaient un hiatus complètement improbable peu de temps après, tout laissait à penser qu’on aurait peu de chance d’entendre à nouveau parler d’eux avant un moment… Cet album, le plus rock du groupe, était surprenant, musicalement très riche et encore plus mélancolique et spirituel (je rappelle que P.O.D est estampillé “métal chrétien”…) que les précédents. Je me demandais donc bien ce qui pourrait succéder à celui-ci, si jamais bien sûr un autre album devait voir le jour…

Pour faire aussi simple et efficace que P.O.D version 2012 : “Murdered Love” n’est ni sophistiqué, ni délicat, et bien moins morose que son prédecesseur. Les passages chantés de Sonny ont en majorité disparu au profit d’un bon vieux rap du hood typique de “The Fundamental Elements Of Southtown”, et les riffs de guitare sont pour le moins devenus rudimentaires. Une façon pour le groupe de ne pas se prendre la tête, sortir les guns et se payer une séance de tir pour la forme. “When Angels & Serpents Dance” était le “think first“, “Murdered Love” sera le “shoot now“.

Déjà, démarrer l’album sur un featuring avec le frontman le plus connu du hardcore moderne, Jamey Jasta, ça ouvre certaines perspectives. “Eyes” est très loin d’être le seul morceau énervé de la track list : “Murdered Love” (avec le renfort de Jacken du groupe de rap chicano Psycho Realm) et “On Fire” sont des tracks au gros son saturé et tendu comme un string, tandis que “Babylon The Murderer” et “Panic and Run” font ressurgir les racines punk-roots du groupe, et c’est franchement le kif. En parlant de racines, P.O.D reste fidèle à ses origines californiennes, et balance un son totalement H.I.P.H.O.P, l’excellentissime “West Coast Rock Steady” avec Sen Dog de Cypress Hill en guest. Enfin, pour le délire on a “Bad Boy”, où Sonny se la joue romantique en dépeignant le portrait de la meuf parfaite, enfin jugez par vous même “I like a girl with a big old ass cause I could see her body and mind harmonize“.

Comme je le disais plus haut, cette dernière galette de P.O.D relève plus de la galette plaisir et relâche que du projet sur-pensé, c’est un retour à la simplicité qui s’avère assez rafraîchissant. On pourra reprocher l’absence de la touche “Santanesque” qui fait le charme du jeu de Marcos Curiel à la gratte, les fans pourront aussi trouver l’expérience moins “profonde”, en attendant les refrains catchy et le talent sont toujours là, et le message qui fait la force du groupe l’est également, alors : juste, ENJOY.

ARTISTE : P.O.D (site officiel)
ALBUM : “Murdered Love”
Date de sortie : Juillet 2012
Label : Razor and Tie Records
Genre : métal/hip-hop/alternatif
Note : ✩✩✩

Last modified: 17 août 2016