RED FANG + BLACK TUSK @ Stoned Gatherings (Paris, 11.04.12)

BeehoWritten by Live Reports

Red-Fang-Black-Tusk-Paris

Toute personne ayant déjà fait un concert de RED FANG dans une petite salle sait qu’il est super dur d’en ressortir 1) en vie 2) au sec. Alors RED FANG et BLACK putain de TUSK dans un même show, et aux Combustibles… Comme je l’avais prédit, les Combustibles ont explosé sous la pression de centaines de gens complètement barjes, en sueur et nus pour certains. Orgie, anarchie et hommes poilus : un programme comme je les aime !

Les portes devaient initialement ouvrir à 19h15 mais elles ouvrent finalement à 20h, rien de bien anormal sachant qu’il y a 4 groupes donc 4 balances et 4 check-up de matos. Un bon gros paquet de gens font donc déjà le pied de grue depuis lors, et rentrent comme des cochons de batterie dans le couloir des Combus, pour se caler direct au premier rang. Prévoyants les bougres (et j’en fais évidemment partie). Ni une ni deux, c’est ABRAHMA qui ouvre cette soirée de oufffffffffffffffff…

ABRAHMA (Facebook)

Je les avais découverts au Glad Stone Fest le mois dernier, pour leur tout premier show en tant que ABRAHMA (car avant ils se nommaient Alcohosonic, en mode j’suis à 3 grammes mais ça va). Ils étaient un poil tendu, et d’ailleurs les pauvres loulous avaient fait les frais d’une tranche horaire pause-clope-sandwich et d’une audience plus observatrice qu’active. Ce soir, le son du groupe est biiiieeen meilleur, on peut donc profiter de toute la puissance de leur stoner, qui maintenant que j’écoute attentivement, me rappelle mes favoris de Goatsnake. C’est un compliment ! En revanche, la voix sur-mixée de Seb le chanteur est assez inconfortable (surtout lorsque qu’on est pile à côté du retour voix) pour les oreilles, d’autant plus que les soucis de micro (et pas que !) vont aller bon train pendant une grande partie du set. Pour un deuxième gig, c’était quand même assez cool, on attend juste de les revoir avec un peu plus de bouteille, et là : ce sera parfait.

Prenez les fouets, les tessons de bouteille, tout ce que vous voulez, punissez-moi : je n’ai pas assisté au set de RESCUE RANGERS. Vilaine très vilaine fille… J’étais occupée à discuter avec Monsieur David Sullivan en mode retrouvailles, ainsi qu’avec les membres archi sympathiques de Black Tusk. Mais de loin, ça avait l’air drôlement bien !

BLACK TUSK (Facebook – Bandcamp)

En parlant de BLACK TUSK, l’heure a enfin sonné. Je suis vraiment accro à ces mecs, enfin à leur musique, et j’attendais de pouvoir les voir en live depuis un looooooooooooong moment : les Stoned Gatherings ont donc réalisé un rêve. Pour faire court, BLACK TUSK est l’équivalent sonore d’un ouragan Katrina combiné à un tsunami indien sur lequel surfent une horde de kamikazes japonais. Et le truc avec ces trois mecs là (qui chantent tous, ce qui est d’autant plus « awesome »), c’est que leur son est aussi terriblement violent en live, tellement ils vivent le truc à fond ! Donc voilà : mandale, parpaing, coup de pied au cul gargantuesque, c’que tu veux. Ultra puissant, plein de gens n’étaient pas trop « aware » du Black Tusk power avant de venir ce soir, et ils sont pourtant tous en train de pogoter comme des porcs (et le bassiste Athon d’avoir le sourire grand comme ça en voyant l’énergie de malade renvoyée par le public) ! Ces mecs sont des fous furieux, ils sont donc à la hauteur à la fois de leur réputation et de mes attentes, je me déclare donc officiellement FAN de ce groupe (parce qu’avant je l’étais, mais en « skred » m’voyez ?). Ah, ai-je mentionné le fait que tout le groupe s’est mis torse poil dès le 2ème morceau ? C’est un détail qui a son importance, car la soirée avait en fait pour thème « Stoner, sueur et naturisme » (quel coquin ce Mathieu Y.). Vous allez comprendre…

RED FANG (Facebook – site officiel)

Les barbus de Portland (dédicace à Nicolas d’Abrahma pour la suggestion) débarquent donc sous vos applaudissements. C’est pas qu’ils sont en train de devenir hyper connus mais presque : lorsque je les ai découvert il y a un an pour la sortie de « Murder The Mountains » ils avaient à peine 15000 fans sur Facebook. Maintenant ils en ont 52801, ça veut dire ce que ça veut dire. Les voilà, mes chéris, mes amours, mes favoris, le groupe que j’amènerais avec moi sur une île déserte : RED FANG. Postée sur un ampli à un mètre du sol, je vois la folie s’emparer du public qui slamme dans tous les sens, qui bourrine, qui valdingue (1000 x pire qu’à Karma To Burn la semaine dernière, si vous suivez un peu le blog). D’ailleurs il fait TELLEMENT CHAUD que non seulement le plafond transpire, mais Aaron Beam aussi vu qu’il va se mettre en boxer pour continuer le set (brillamment suivi par un mec du public, qui lui va carrément faire tout le show À POIL…). Entre l’homme portlandais, le vrai, viril et velu, et l’imberbitude de notre camarade parisien, y’a quand même un fossé de crédibilité métal hein.

C’est donc le bordel avec un vrai B comme dans bourrin, bourru et bière Pabst Blue Ribbon. Les murs coulent, le public coule, le groupe coule sous la chaleur et la moiteur ambiantes. Donc tout le monde est à poil, parfaite diversion pour le guitariste de Black Tusk qui se faufile sur scène et commence à exciter le public (puisqu’on ne peux plus parler de « chauffer ») pour que les Fang jouent le rappel. Ce petit con va d’ailleurs squatter le premier rang sur « Hank Is Dead » et foutre des coups de coude/coup de boule arrière/high kick à tout monde juste avant de crowdsurfer vers l’arrière de la salle (hmm… bon débarras ?). Voilà. Voilà le show de malade mental. Un truc plus ouf que Inception+Titanic+300+Reservoir Dogs. En fait les Dogs de Portland nous ont carrément retourné le cerveau au sens propre comme figuré, et c’est donc normal que tout le monde s’empresse d’aller les féliciter à tour de rôle jusqu’à leur départ de la salle vers 2h du mat. Ce n’est qu’un au revoir les gars, car je vous revois en juin à Toulouse et Bordeaux ! Peace.

Retrouvez TOUTES les vidéos du show sur mon channel Youtube 

Last modified: août 18, 2015

Laisser un commentaire