Jimmy Bower : “On vient de terminer DOWN IV.”

Written by Interview

Jimmy-Bower-DOWN-IV

Plus que quelques mois avant la sortie du premier EP de la série “DOWN IV” (les 4 EPs-concept enregistrés par DOWN), le webzine TARGET AUDIENCE a donc profité de l’occasion pour choper le très flegmatique JIMMY BOWER et discuter un peu de la teneur en heavy de ce très, très, très attendu EP… Voici donc l’interview traduite de Bower Power, right on !

“Le 10 février à 13h, j’ai eu la chance de discuter avec le musicien de NOLA de renom et actuel batteur de Down, JIMMY BOWER. Down a terminé le mixage de leur 4ème album la nuit dernière, et Jimmy était heureux de me donner un aperçu sur la teneur du prochain album et son concept. La sortie de l’album est prévue pour mai, ce qui coïncide avec le concert du groupe au ROCK ON THE RANGE à Columbus, Ohio. Et il est ressorti de notre discussion que les métalleux ne seront pas déçus par cet album.”

Target Audience: Quand sort le prochain DOWN ?

Jimmy Bower: On a terminé le mixage et tout le reste cette nuit ! [le 9 février à l’heure de l’interview] Là on a plus qu’à le masteriser car l’artwork est déjà prêt. Donc je dirais début mai. Ca prend du temps de tout finaliser, l’enregistrement nous a pris un peu plus de temps mais ça y’est. Il est terminé, et il va tout tuer.

TA: Comparé à vos précédents albums, il sonne comment ?

JB: On est parti sur un son très brut, on est revenu à l’esprit de “NOLA”. Les morceaux sont vraiment dans la veine Sabbath. Je suis vraiment content du résultat, agressif et brut. Prend tous les adjectifs rock’n’roll que tu veux, mec… Il est doomy !

TA: Il y a des morceaux dans le genre de “Stone the Crow” ou “Jail”, ou ça va juste envoyer du bois ?

JB: Non, l’idée c’est de sortir 4 EPs, et le premier est assez bourrin. Le troisième est censé être acoustique. On va sortir les 4 EPs dans l’année et demi qui vient, et ils correspondent tous à un thème, tout comme les pochettes. C’est comme une grande histoire…

TA: Comme un album concept ?

JB: Exactement. Un concept avec 4 EPs.

TA: Quel est le thème ? Il y a une histoire derrière ?

JB: Non. En fait, c’est plus un truc genre “la fin du monde”, exactement ce qu’on vit actuellement. Ca reflète ce que l’humanité et en train de devenir. En terme de concept, aucune idée.

TA: Quel est le nom de l’album ?

JB: Down IV, je crois. J’ai vu la pochette la nuit dernière, et il n’y avait aucun titre ou quoi. L’artwork est vraiment cool.

TA: C’est quoi l’image ? La pochette ?

JB: Je ne dirais rien, mec. Pepper s’occupe toujours des pochettes, et il fait du très bon travail.

TA: Pepper est un bon artiste ?

JB: Ouais il a fait toutes les pochettes pour DOWN.

TA: Je ne le savais pas, pourtant je suis fan de C.O.C.

JB: Il a aussi fait les pochettes des albums de C.O.C sur lesquels il figurait.

TA: Depuis “Blind” ? C’est excellent. Bon, comment se sont passés les shows ?

JB: Très bien. On a pas énormément joué, car on a été pas mal occupés aver les enregistrements. Mais on a ce festival en Ohio, Rock On The Range et on va jouer quelques concerts autour de cette date. On attend vraiment la sortie du disque, pour pouvoir sortir et bosser encore un pen plus.

JimmyBower

TA: Lorsque le nouvel EP va sortir, est-ce que vous allez partir en tournée nationale ou mondiale ?

JB:  Ouais, on va sûrement commencer par les Etats-Unis puis partir en Europe, et j’espère, au Japon et en Australie, puis avec un peu de chance en Amérique Latine.

TA: Vous aimez l’Amérique Latine ?

JB: On y a été en novembre et c’était vraiment cool. On avait jamais mis les pieds là-bas et on a été très bien accueillis, c’est vraiment un endroit génial pour tourner.

TA: Le groupe s’est formé en 91-92 ?

JB: Exact.

TA: Phil était dans Pantera, tu faisais des trucs avec Eyehategod, Pepper était dans COC. Quand vous avez sorti “NOLA”, c’était une sensation underground. Je crois qu’il a fait disque d’or seulement grâce au bouche-à-oreille. Comment la scène métal a-t-elle changé en terme de popularité ? La comparaison entre hier et aujourd’hui.

JB: A l’époque, c’était vraiment frais. On ne faisait pas grand chose de different par rapport à Soundgarden, qui était une grosse influence à l’époque, tout comme Witchfinder. On dirait que les gens sont un peu plus ouverts à ce genre de musique, mais pour moi DOWN fait du rock. Le rock a toujours existé, et a toujours été une des composantes du métal. Je crois que les gens acceptent de plus en plus DOWN comme groupe de rock, et pas juste métal. En 91, c’était vraiment nouveau pour nous.

TA: Où est ce que “DOWN IV” a été produit ?

JB: Il a été enregistré au Lair (le studio de Phil Anselmo), au même endroit que pour “Down II”. Le dernier album “Over The Under” avait été enregistré à L.A, car beaucoup de studios n’étaient plus fonctionnels après Katrina. Donc là c’était vraiment agréable de rester à la maison et d’avoir cette vibe Nouvelle-Orléans dans l’album. Ca fait la différence, mec.

TA: En ce qui concerne les titres des morceaux, lequel ressort en particulier ?

JB: “Witchtripper.”

TA: Il sonne comment ?

JB: Du feu de Dieu, mec. Il sonne comme DOWN et je le trouve vraiment énorme. Je suis encore plus excité à propos de cet album que pour “Over The Under”. C’était un album génial, mais je trouve que la production était un peu surfaite, donc là on revient à nos racines brutes, et les morceaux sont bons. Mais “Witchtripper” est ma préférée. On était en Espagne pour un festival, et en se baladant on arretaît pas de voir des pierres devant les portes des maisons. On était là “ça doit être pour attraper les sorcières”. Au début, ça semblait stupide, mais une fois qu’on a écrit le morceau et les paroles – Philip a écrit les paroles – c’était vraiment cool. Normalement, on va en faire un clip.

TA: Selon toi, comment l’industrie de la musique a-t-elle évolué ces 20 dernières années ? C’était mieux avant ou vu que Down est un groupe metal, vous avez réussi à trouver votre propre filon ?

JB: Eh bien, plus tu vieillis, plus tu comprends certaines choses à propos de l’industrie. Quand t’es très jeune, ils essaient de profiter de toi. Ils me l’ont fait, mais maintenant que je suis bien plus averti à propos de tout ce qui se passe, je pense qu’on est revenu au bon vieux DIY, du moins pour l’underground. C’est beaucoup plus facile à présent pour les groupes de sortir leur musique, ce qui peut être positif comme négatif. Les gens ont de plus en plus la chance de pouvoir sortir leur truc, et je trouve ça cool.

TA: Les réseaux sociaux comme Facebook ont-ils aidé le groupe a rentrer en contact avec les fans, ou à faire connaître la musique ?

JB: Oui beaucoup. Pour l’avenir je vois les groupes faire leurs concerts : tu payes en ligne pour les voir jouer et tu les regardes depuis ton ordi. Ce sont des trucs dont on  parle pour le futur, mais évidemment rien ne remplace la vibe d’un vrai concert live. Ca serait cool si, pendant que les groupes enregistraient, tu pouvais te logger et voir où ils en sont.

TA: Tu as parlé d’underground. Est-ce qu’il y a des groupes sudistes qui te font vibrer actuellement ?  

JB: De l’Arkansas, tu as RwakeWeedeater sont très bons. Le nouveau Orange Goblin est très bon, et ils sont Anglais. Il y a un groupe de la Nouvelle-Orléans appelé Mountain of Wizard, qui sonne comme du Boston version métal. Ils sont très cool, et font de l’instrumental. On fait un show ce soir avec Eyehategod, et un autre nouveau groupe qui s’appelle Black Witchgod. Le batteur vient d’un groupe de la Nouvelle-Orléans des années 80 appelé Graveyard Rodeo. Y’a aussi Soilent GreenOutlaw Order. Tous des amis proches. Le truc c’est que je ne sors pas trop de la Nouvelle-Orléans, hormis lorsque je joue ailleurs…

TA: Quels sont tes 5 albums métal préférés de tous les temps ?

JB: Captain Beyond “Captain Beyond”, Pentagram “Relentless”, Black Sabbath “Black Sabbath” et “Volume 4”, et Witchfinder General.

TA: Quels conseils donnerais-tu à de jeunes groupes qui souhaitent se lancer dans la musique ?

JB: Vous devez avoir la rage et le montrer. N’arrêtez jamais, jouez autant que possible. C’est ce qu’on a fait. Composez de bons morceaux, ne vous préoccupez pas des gimmicks et de toutes ces conneries…

Retrouvez toute l’interview en anglais sur le site de TARGET AUDIENCE 

Last modified: 16 février 2014