BLACK TUSK “Set The Dial” (Relapse Records 2011)

Written by Chronique

Mieux vaut pas chercher à rentrer dans les subtilités de genres quand on écoute BLACK TUSK : ils font un tel mix de punk, stoner et sludge qu’au lieu de se catégoriser, ils ont carrément préférer s’auto-proclamer ambassadeurs du “swamp métal”. Bref, leur dernier album “Set The Dial” s’enfonce un peu plus dans le swamp, dans la dirtiness, et surtout : il file l’euphorie. Mets-toi à l’heure, écoute ça, car : BON SON !

Un truc marquant quand on démarre l’écoute de “Set The Dial”, c’est son premier morceau Bring Me Darkness qui rentre direct dans le vif du sujet avec un “SIX! SIX! SIX!” scandé vigoureusement par les gars. Ca commence fort, et vite ! Fidèle à son énergie hardcore punk pardon, swamp metal, les gars de BLACK TUSK ne s’emmerdent une fois de plus pas avec les convenances : mettre les pieds dans le plat, c’est tellement EUX.

Enfin ceci dit, je trouve cet album un poil plus habité par la tradition southern/stoner que dans le punk qu’ils pouvaient balancer sur “Taste The Sin” ou “Passage Through Purgatory”, tout en gardant cet état d’esprit très fouteur de merde qu’on adore chez eux. Du coup, même quand le tempo ralentit subtilement et se met à “balancer” un peu plus, ça sent plus la grosse impro spontanée que le truc où les mecs se sont mis d’accord à l’avance pour décider si oui ou non ils allaient faire un album stoner “pour coller à la tendance”. Fraicheur de vivre Hollywood Chewing-Gum 100% assumée chez BLACK TUSK ! C’est donc des morceaux comme Ender Of All, Mass Devotion, Resistor (que j’adore ce titre !) qui vont vraisemblablement un peu plus tirer vers le sludge type NOLA que le sludge très influencé punk de par chez eux.

“Set The Dial” est donc un condensé de bon son brutal, porté par la fougue du groupe qui donne cette sensation qu’ils prennent un plaisir fou et se marrent comme des gamins en faisant leur musique. Ce qui produit des réactions inattendues chez l’auditeur peu averti, comme le fait d’éclater bruyamment de joie lors de l’intro d’un morceau, ou se marrer niaisement en entendant James, Athon et Andrew s’égosiller comme des grands malades. Du plaisir à l’état BRUT, même si l’album est looooooiiin d’être aussi génial que “Passage Through Purgatory”, qui reste selon moi le tableau qui dépeint le mieux le talent, la folie et l’ouverture musicale du groupe.

ARTISTE : BLACK TUSK
ALBUM : “Set The Dial”
DATE DE SORTIE : Octobre 2011
LABEL : Relapse Records
GENRE : Sludge / punk / southern metal
NOTE : ✭✭

Last modified: 16 octobre 2013