Valley Of The Sun « Old Gods » (Fuzzorama 2019)

Yannick K.Written by Chroniques

Depuis bientôt une décennie maintenant, VALLEY OF THE SUN s’évertuent à replacer le Rock dans leur stoner. L’énergie ; celle qui vous donne la bougeotte et l’envie d’aller suer en concert. Leur précédent album « Volume Rock » affichait clairement son ambition tant au niveau de l’artwork, avec un potard dans le rouge, que dans leur groove percutant et communicatif. Car oui, à force de délires retro vintage et/ou autres voyages cosmiques on en oublierait presque que la musique de la Valley, c’est aussi celle qui électrise votre carcasse de weedian.

Cette nouvelle galette, « Old Gods », à la tonalité malgré tout plus nébuleuse et abstraite, n’échappe pas à la règle. Second album sous le label Fuzzorama Records, maison mère de Truckfighters ou Deville, on y retrouve d’ailleurs toutes les composantes qui ont fait le succès de l’écurie.

« Old Gods », le titre éponyme qui ouvre l’album est la parfaite illustration de mon propos : après une minute et demi de crescendo, le groupe ouvre les vannes et le martèlement des fûts claque la cadence de la chiourme paresseuse. Des guitares languissantes et étirées sur une rythmique martiale. La production carrée et rentre-dedans conforte ce sentiment que le groupe joue désormais l’équilibriste entre atmosphère plus brumeuse et énergie électrique.

Par la suite, VALLEY OF THE SUN optent pour une alternance de titres fougueux et d’interludes instrumentales, triptyque de parenthèses sonores (« God Creates », « Shiva Destroys », « Buddha Transcends », voire dans une moindre mesure « Into The Abyss ») avec lesquelles ils peuvent autant expérimenter que souffler pour repartir de plus belle. Ces pauses, bien qu’elles me paraissaient inutiles initialement, ont deux avantages : premièrement, elles apportent une nuance à l’album sans être prégnante, et deuxièmement, elles permettent au groupe de ne pas s’embarrasser avec des fioritures sur les titres les plus percutants. Ainsi « Dim Vision » ou « Firewalker » sont de véritables bombes stoner, compactes et ramassées prêtes à vous péter à la figure. « Means The Same » le single à découvrir, suit cette tendance et « Faith is For Suckers », pas aussi endiablée, est tout aussi fiévreuse avec son groove élémentaire, et c’est Bruce ‘more cowbell’ Dickinson qui vous le dit (Yes, ZE Bruce Dickinson).

Cet album devrait ravir tous les fans orphelins de Truckfighters, abandonnés dès lors que les Suédois se sont égarés dans leurs circonvolutions sonores pénibles. VALLEY OF THE SUN ne s’embarrassent pas de tout ça, ils vont droit au but. C’est simple mais efficace, dira t’on. C’est tout à leur honneur.

Cependant, cette production massive et compacte typique des sorties Fuzzorama depuis quelque temps, a aussi ses inconvénients. Evidemment c’est parfaitement exécuté, asséné comme il faut, martelé jusqu’à l’assourdissement mais l’ensemble sonne quelque peu chirurgical. Et à force, lissé et trop verni. On côtoie donc les sommets sans parvenir à  emballer totalement, comme a pu y parvenir avec brio Sasquatch l’année dernière, dans le genre Stoner Rock énervé. Qu’à cela ne tienne, avec les brûlots de cet album, Valley Of The Sun a de quoi vous faire endurer une déflagration sonique pour l’apéritif du vendredi. Rendez vous est pris au Hellfest.

ARTISTE : VALLEY OF THE SUN
ALBUM : “Old Gods”

DATE DE SORTIE : 24 mai 2019
LABEL : Fuzzorama Records
GENRE : Stoner rock
MORE : Facebook / Bandcamp / Label

 

Last modified: mai 30, 2019