GLAD STONE FEST 7 @ Le Hangar (Ivry, 04.10.13)

Written by Live

Toute la communauté stoner parisienne attendait le GLAD STONE FEST 7 avec engouement, à tel point que ça a dû être l’évènement underground le plus partagé sur Facebook, quelques jours avant le festival. Pour cette septième édition, Glad nous a offert du changement, pour le meilleur : une jolie salle toute neuve, le Hangar à Ivry sur Seine, et surtout, un lineup plus compact mais ô combien qualitatif. Récap de cette soirée de fou(s) avec THE MIDNIGHT GHOST TRAIN, STEAK, DOMADORA, BRIGHT CURSE ET AKA : COLD STEEL FOR TORTUGA. (PHOTOS : Lorène Lenoir – VIDÉOS : The Heavy Chronicles)

BRIGHT CURSE (Bandcamp – Facebook)

Bright-Curse-Glad-Stone-Fest-7 (1)Pas facile d’ouvrir les hostilités, alors que les trois quarts du public sont encore au boulot ou coincé dans le métro… Pourtant, c’est aux franco-londoniens BRIGHT CURSE qu’incombe cette lourde tâche. Et la surprise est de taille quand, à peine le gig commencé, des dizaines de gens se rameutent alors de nulle part. Un an et demi d’existence et une poignée de concerts (choisis) plus tard, on peut dire que le doom mélodique du trio a vraiment de la gueule en live. L’acoustique du Hangar rend vraiment justice au son massif du groupe, et les lights (ou l’absence totale de lights, c’est selon) font le boulot lors des moments les plus “trippy”. Le reproche que j’avais pu faire concernant les lacunes au niveau vocal lors de ma première expérience live du groupe (en juillet dernier à Lille) n’a absolument plus lieu d’être, il n’y a pas à dire que la tournée estivale avec Trippy Wicked en Angleterre leur a fait un bien fou. Déterminés et bourrés de talent, ces gars là vont aller loin, je peux vous le garantir. C’est pas le public encore éparse, mais complètement absorbé qui me contredira. Bright Curse 1 – Paris 0.

BandcampFacebook)

Domadora-Glad-Stone-Fest-7 (1)Pour n’avoir écouté DOMADORA que sur galette, j’avais encore un peu de mal à rentrer dans leurs jams space rock, mais alors sans raison aucune, une simple histoire de feeling personnel (d’où le fait que j’ai préféré ne pas chroniquer leur album “Tibetan Monk”, sorti cette année). Autant vous dire que ce soir au Glad Stone Fest, le trio parisien m’a retourné le cerveau et a fait battre la chamade à mon petit coeur (la bière à 2,50€ du Hangar n’étant absolument pas responsable de cet intense état d’excitation). Je suis à tel point bluffée qu’à la moindre occasion, je glisse un “ce sont les Colour Haze français !” à l’oreille de qui veut l’entendre. Le groupe offre un set coloré, vivant, et varié : du jam bluesy perché aux explosions de fuzz punk beaucoup plus festives, DOMADORA enchante les Glad Stone Festien, maintenant en masse dans le Hangar. Une claque, une belle découverte, et un regret : ne pas avoir décelé leur potentiel plus tôt !

Le Kinder surprise de la soirée est le tout nouveau groupe AKA : COLD STEEL FOR TORTUGA, composé de membres d’Abrahma, Flesh & Dust, Loading Data, Deardevil et Alcohsonic (le fleuron du heavy rock parisien). Tout dans ce super groupe m’intriguait, tout. Malheureusement, je suis retenue à l’extérieur de la salle pour affaires, et ne profite que des deux dernières minutes du show… qui m’a eu l’air bien agité. On n’en attend pas moins d’un combo de zikos aussi charismatiques, même s’il est bon d’ajouter que le public connaisseur était sûrement déjà acquis à leur cause.

THE MIDNIGHT GHOST TRAIN (Facebook – Bandcamp)

Midnight-Ghost-Train-Curse-Glad-Stone-Fest-7 (1)On peut dire que Glad a fait un sacré teasing concernant THE MIDNIGHT GHOST TRAIN depuis le début de l’été… et à raison ! Je savais qu’on allait avoir droit à une grosse tarte de rock burné, mais à ce point ? Ces trois costauds là viennent du Kansas, et je ne sais pas à quel régime ils tournent (sûrement le régime BBQ ribs et bière), mais bordel, quelle énergie ! Les coups de poing riffiques et rythmiques s’enchaînent, le groove est brûlant, et l’alchimie sur scène est… non en fait, c’est l’alchimie entre les zikos et absolument tout le Hangar à l’heure qu’il est. Il pousse des couilles à tout le monde dans la salle, nous ne sommes plus qu’un seul et même homme. Il m’est bien difficile de filmer plus d’un morceau, car l’envie d’adopter le headbanging musclé du trio devient irrépressible. Le public du Glad Stone Fest vibre de toutes ses tripes. TMGT ou la quintessence du heavy rock sudiste, le pied intégral en live. Foooooouuuuuuuuu !

STEAK (BandcampFacebook)

Steak-Glad-Stone-Fest-7 (2)Il est l’heure. L’heure du tartare au Hangar. Passés une première fois aux Stoned Gatherings en mars dernier, les quatre anglais étaient plus qu’attendus ici bas. Le bouche à oreille ainsi que leur performance au dernier Desertfest n’y sont pas pour rien. Le groupe à peine monté sur scène, les “on veut du steeaaak”, “steak hachééééé” fusent dans la salle. Eh bien, le groupe nous fait bouffer à peu près tout ce qu’on a demandé, y compris la poussière. Avec son fuzz rock à 6 vitesses et la voix puissante de Kipp, le tourbillon stoner STEAK ravage tout sur son passage. Les boys prennent possession de l’espace comme à la maison, devant un parterre de stoneheads surmotivés : ça change du public contemplatif de Londres ! Et puisqu’on est sur les chapeaux de roue, que la bière et le Jack coulent à flot depuis le début de la soirée, pourquoi ne pas offrir un rappel inédit ? Ce Glad Stone Fest se termine donc sur une reprise de Kyuss sortie de nulle part, des slams, et plus de deux cent personnes comblées et qui n’ont qu’une seule envie : revivre en boucle cette soirée d’amour, de bière et de stoner. Glad Stone Fest, on attend ta 8ème édition (au Hangar ? please ?) comme des bourrins dans les starting blocks !

Last modified: 16 mai 2015