HAIL! HORNET “Disperse The Curse” (Relapse Records 2011)

Written by Chronique

Un supergroupe sludge. Rien qu’à écrire cette phrase mon coeur s’emballe. T-Roy Medlin (Sourvein), Dixie Collins (Weedeater, Buzz*Oven), Vince Burke (Beaten Back to Pure), Erik Larson (Alabama Thunderpussy). Annoncé comme la terreur sludge misanthrope de l’année (ce que je veux bien croire), “Disperse The Curse” est le 2ème opus du groupe, un opus qui se pare d’encore plus d’atouts qu’il ne le laisse croire au départ…

Alors que le 1er album de l’association de malfaiteurs HAIL! HORNET était un vrai déballage de sludge tout ce qu’il y a de plus représentatif de la noirceur névrotique du Dirty South, “Disperse The Curse” (“Propage la Malédiction” en français) atteint un degré de violence sonique qui irait même jusqu’à faire se rhabiller le mur du son.

Sans sommation (si ce n’est une intro hautement mystique), le groupe déballe l’arsenal mortel et balance la sauce super hot avec Shoot The Pigs, un démarrage en trombe 100% grindcore de la mort auquel personne ne doit survivre. Les hurlements éraillés et complètement barjos de T-Roy y sont pour beaucoup (à vous terroriser une foule)… “Faster and louder !” comme le disaient les thrasheux 80’s !

Les gars montrent leur capacité à pondre des riffs tronçonneuse et des blast beats sans pitié, tels des supervillains du sludge qui auraient une envie soudaine de faire dans le crust. Il faut le dire clairement : les morceaux typés crust de “Disperse The Curse” comme Gifted Horse, Suicide Belt ou Scars (et le méga trip à la basse de Dixie Collins) sont des putains de machines de guerre ! Le sludgecore Beast Of Bourbon (rien que le titre fait baver) est carrément le pic d’intensité de l’album : Burke s’était bien gardé de faire des solos jusqu’ici, c’est qu’il nous réservait en fait sa botte secrète. Épique.

Mais attention, ce n’est pas parce que HAIL! HORNET penche plus vers le hardcore qu’ils ne représentent pas le sludge qui leur est cher : écoutez juste Unholy Foe, ce riff d’intro, cette basse poisseuse, et ce break haineux et vous comprendrez qu’aucun d’entre eux ne prend le terme “lourdeur” à la légère.

Le carnage se termine sur la jubilation sadique du tueur : Blacked Out In Broad Daylight, ou comment finalement s’effondrer de fatigue après un telle boucherie (faut dire que le mec avait pour seule arme un tronçonneuse, et c’est lourd une putain de tronçonneuse !). Magnifique clotûre doom que ce morceau, le groupe nous envoie 6 pieds sous terre avec pour seul compagnon une pelle. Je suis sûre que vous aussi vous entendez encore son rire démoniaque au loin, tel un larsen étourdissant. Brrrrr…

“Disperse The Curse” c’est juste le résultat de l’association de quatre musiciens hors-pair, déchaînés, et en parfaite symbiose dans cet acte criminel qui est le leur : ils détestent le monde (vous avec) et leurs salves de rage vont fuser dans tous les sens. Fuyez mécréants !

Artiste : HAIL! HORNET (MySpace)
Album : “Disperse The Curse”
Date de sortie : Juillet 2011
Label : Relapse Records
Genre : sludge/doom/crust
Notation : ☆☆☆☆

Last modified: 31 mars 2013