HIGH PRIEST « Sanctum EP » (Magnetic Eye 2019)

Yannick K.Written by Chroniques

Avis aux responsables de la promo, mettons les choses au point. Arrêtez donc cette comparaison systématique avec le groupe de Cantrell et Staley dès que vous entendez des lignes vocales harmonisées sur du gros son. À croire qu’il n’existe plus de groupes capables d’avoir un chant poignant sur des riffs heavy depuis le Big Four de Seattle. Donc non, Staley ou son groupe ne sont pas un sous genre stoner ou doom à mentionner à tire-larigot. En l’occurence HIGH PRIEST nous vient de Chicago et, avec leur premier EP « Sanctum », s’évertue à nous proposer un heavy metal au crooning doom offrant quelque chose de résolument frais dans le genre musical. Une chronique garantie 100 % sans les mots « Alice » et « Chains » dedans.

C’est donc un soir de concert d’Electric Wizard que Dan Polak et John Regan se sont dit qu’HIGH PRIEST serait désormais le futur de leur collaboration musicale. Si les gonzes ont choisi un blaze directement issu du Stoner Rock Band Name Generator® pour interpréter un doom que l’on qualifiera de classique, la comparaison avec les sorciers électriques s’arrêtera là. En effet les influences sont plutôt à chercher du côté d’un son issu de la NWOBHM ; l’ensemble sonne terriblement classieux, massif sans être plombé ou étiré, mélancolique mais dynamique, net mais mordant et surtout, passionnément vertigineux.

Assurément, on l’évoquait en préambule, Justin Pence sait entremêler espoir et désespoir sans en faire des caisses. Il sait être palpitant sans tomber dans le lacrymal. Malgré l’avalanche de riffs épiques, il sait avec justesse trouver sa place. Mieux, c’est lui qui mène la danse, tient en laisse sa section rythmique et au final donne le ton à chaque titre.

En quatre titres, HIGH PRIEST réactualise un genre en dépoussiérant les fondamentaux d’un doom classique mais classieux, en y associant une sensibilité plus moderne, que des groupes comme Pallbearer par exemple ont pu développer. En ce sens les deux premiers titres « Descent » et « Creature » sont à écouter en priorité et en urgence.

On pourra toutefois leur reprocher une redondance mélodique, malgré le peu de titres présentés ici, à mettre sans douter sur le compte d’une jeunesse d’écriture. Mais moi même, peu friand d’un heavy ronflant, je dois reconnaître que l’hommage metal rendu par ces prêtres perchés laisse augurer le meilleur pour la suite et le genre. HIGH PRIEST, ou comment faire du (bon) neuf avec du vieux.

ARTISTE : HIGH PRIEST
ALBUM : “Sanctum” EP

DATE DE SORTIE : 19 avril 2019
LABEL : Magnetic Eye Records
GENRE : Doom / heavy metal
MORE : Facebook / Bandcamp / Label

 

Last modified: mai 10, 2019